Le plus beau son au monde

Zaïra Nicholas-Exume a mis beaucoup de temps à dire ses premiers mots.

Née prématurément, à seulement 27 semaines, elle a été transférée à l’unité de soins intensifs néonatals (USIN) de l’Hôpital de Montréal pour enfants.

On lui a diagnostiqué un larynx trop mou, qui empêche l’air de passer. Elle a donc eu besoin d’une trachéotomie pour lui permettre de respirer et de manger.

Zaira

«C’était la dernière option», a expliqué la mère de Zaïra, Rasheeda Nicholas, à Héloïse Archambault, du Journal de Montréal, en décembre 2018.

Zaïra a été intubée, ce qui peut entraîner d’autres problèmes. «À force de mettre le tube et de l’enlever, cela a provoqué une inflammation», ajoute son père, Feguens Exume.

En mai 2017, quelques jours à peine après son premier anniversaire, Zaïra a subi sa première intervention chirurgicale majeure — les médecins ont greffé sur son larynx du cartilage prélevé sur ses côtes pour le renforcer.

Au mois de novembre suivant, elle a pu rentrer chez elle pour la première fois. Mais quatre mois plus tard, elle a dû subir de nouveau une intervention similaire.

En novembre 2018, Zaïra a pu enfin respirer et manger seule. Et elle a commencé à parler.

«C’était merveilleux de la voir parler»

«Quand j’ai entendu sa voix, c’était le plus beau son du monde!» a confié Rasheeda Nicholas à Héloïse Archambault.

«C’était merveilleux de la voir parler», raconte la Dre Mylene Dandavino, pédiatre à l’Hôpital de Montréal pour enfants, qui connaît bien Zaïra.

L’enrouement de sa voix a disparu, car Zaïra parle maintenant tout le temps. Mais il est encore trop tôt pour savoir s’il y aura des effets à long terme.

«Pour que la voix soit normale, il faut des cordes vocales mobiles », explique la Dre Dandavino. «Les résultats sont variables. Il faudra voir avec le temps», ajoute-t-elle.



Commenter

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont identifiés par un astérisque.