La charité est la rançon de la réussite

Personnage plus grand que nature jouissant d’une solide réputation, Mel Hoppenheim est un homme qui ne doit sa réussite qu’à lui-même et dont le nom est non seulement synonyme d’industrie cinématographique à Montréal, mais également de générosité.

Des centaines d’organismes ont bénéficié de cette générosité au fil des années et il y a une chose qui ne se dément pas : lorsqu’il est question de philanthropie, Mel est celui qui donne du fond du cœur.

Chaque cause qu’il appuie, de la Fondation de l’Hôpital de Montréal pour enfants à l’École de cinéma Mel Hoppenheim de l’Université Concordia, est une cause qui l’a touché ou qui a touché un membre de sa famille d’une certaine façon.

Après avoir quitté l’école à 17 ans pour aider à soutenir sa famille, Mel s’est rendu compte que le seul endroit où il pouvait obtenir son diplôme d’études secondaires tout travaillant le jour et en étudiant le soit était l’Université Sir George Williams. Faisons un saut en 1997 où l’École de cinéma Mel Hoppenheim de l’Université Concordia, qui compte 500 étudiants, voyait le jour.

Vous devez trouver ce qui vous touche

« Chaque fois que je fais un don, c’est pour appuyer un projet qui me tient à coeur, affirme Mel. Ça se résume à ceci : vous devez trouver ce qui vous touche. »

Et ce qui touche le plus Mel, c’est sa famille. Fier papa de six enfants et grand-père de neuf petits-enfants, deux de ces enfants sont nés avec une maladie neurodégénérative, la maladie de Canavan. « Les deux ont été soignés au Children pendant de nombreuses années. Je sentais que j’avais une dette envers cette institution. Compte tenu de ce que nous avons vécu, il était tout à fait naturel que mon don soit dirigé à la neurologie ».

Mel a mis sur pied un fonds de dotation pour le soutien d’un programme de stagiaires en neurologie et il ne fait aucun doute qu’il est ravi de l’impact qu’aura son investissement sur la vie des jeunes patients et de leur famille.

« Regardez-moi ça », clame Mel, brandissant fièrement une carte qu’il conserve sur son bureau. Il s’agit d’une note de remerciement manuscrite d’une chercheuse du Children qui a bénéficié de l’appui de Mel. « N’est-ce pas merveilleux? Qui sait de quelle découverte elle fera bénéficier la société? »

 

© 2018 La Fondation de
l’Hôpital de Montréal pour Enfants

Une réalisation d’iXmédia