Faire le clown – à la manière d'Andy

 

Lorsque Petit-Pois et Guy-Mauve sont entrés en valsant dans la chambre de Marjorie au sixième étage du Children, la jeune patiente de 11 ans est entrée dans le jeu alors que le joyeux duo s’émerveillait devant les œuvres d’art qu’elle avait produites pendant son séjour de presque deux semaines à l’hôpital. Lorsque le Dr Guy-Mauve a accidentellement fait tomber un petit morceau d’une des sculptures de Marjorie, les deux se sont confondus en excuses et en désolations clownesques. Le visage de Marjorie s’est illuminé alors qu’elle riait aux éclats. Leur mission accomplie, nos deux Docteurs Clown ont poursuivi leur ronde : une sérénade romantique au ukulélé pour un bébé malade, une discussion calme avec un patient adolescent. Dans le cadre d’un programme intitulé Dr Clown, les deux artistes aident à remonter le moral des enfants malades et à leur donner un moment de répit. Parfois loufoques, souvent hilarants, ils sont toujours une source de réconfort.

Dr Clown est un programme de base au Children, où le rire est considéré comme une des meilleures thérapies. Mais ce programme n’est pas payé par le gouvernement. C’est là qu’intervient Andy Collins for Kids.

Rendre la collecte de fonds amusante

Andrew Collins était un homme d’affaires qui évoluait dans l’industrie du textile à Montréal et qui répandait la joie partout où il allait. Lorsqu’il est décédé à l’âge de 46 ans, ses amis proches ont décidé d’honorer sa mémoire en amassant des fonds pour une œuvre de bienfaisance. Il était clair que ce devait être une œuvre de bienfaisance pour les enfants et qu’elle devait être axée sur le fait d’avoir du plaisir. Le groupe a rapidement arrêté son choix sur l’Hôpital de Montréal pour enfants. « Andy adorait les enfants », explique Bruce Charron, un ami d’Andy.

Le « FunDay » annuel est une de leurs activités les plus importantes. Il s’agit d’un tournoi de golf familial que Bruce qualifie de « célébration folle et insensée ». Le premier FunDay, en 1997, a amassé environ 9 000 $. Depuis lors, ils ont amassé au fil des années près 2,5 millions $. Ils ont financé toutes sortes de programmes, de la thérapie de camp de pleine nature pour les enfants atteints du cancer à une salle d’art thérapie au nouvel hôpital sur le site Glen.

Bruce affirme qu’Andy aurait été étonné et fier de voir ce que ses amis ont accompli en son nom. « Nos activités se déroulent toujours sous le signe de la rigolade et de la folie tout en redonnant par la même occasion, explique Bruce. À la manière d’Andy. »

© 2018 La Fondation de
l’Hôpital de Montréal pour Enfants

Une réalisation d’iXmédia