Massimo

Né avec le cœur brisé

La naissance de Massimo Mini suscite chez ses parents un mélange de joie et de profond désarroi: deux heures à peine après la venue au monde de leur bébé, Natacha Persopoulos et Claudio Mini apprennent que leur petit Massimo a une malformation cardiaque congé- nitale connue sous le nom de transposition des gros vaisseaux. Autrement dit, son aorte et son artère pulmonaire sont inversées, avec comme conséquence l’incapacité de son cœur à fournir du sang riche en oxygène.

De plus, il y a dans le cœur de Massimo un grand trou dont il faut s’occuper immédiatement. C’est ainsi que le nouveau-né, quelques heures à peine après avoir vu le jour, subit sa première chirurgie du cœur.

Le Dr Christo Tchervenkov, directeur du service de chirurgie cardiovasculaire du Children, sait que Massimo aura besoin d’une autre opération pour corriger la transposition des gros vaisseaux. Il espère retarder l’opération de quelques mois pour permettre au bébé de grandir. Malheureusement, Massimo tourne au bleu alors qu’il a à peine cinq semaines. «Sans intervention, je pense qu’il n’aurait pas vécu plus de quelques jours, voire deux semaines tout au plus», explique le Dr Tchervenkov. Le bébé est transporté d’urgence en salle d’opération un samedi matin, tôt, pour y subir la délicate intervention visant à réparer son petit cœur.

Natacha se remémore la concurrence amicale que se livraient les membres de l’équipe chirurgicale du Dr Tchervenkov pour porter Massimo dans leurs bras vers la salle d’opération. Elle se sentait à l’aise. Elle savait que son bébé était entre de bonnes mains.

Pour Natacha et Claudio, il n’y a rien d’autre à faire qu’attendre. À leur grande surprise, l’intervention dure moins de temps que prévu: un peu moins de cinq heures.

Lorsqu’ils retrouvent Massimo après son opération, l’infirmière avertit le couple que cela pourrait être dur de voir leur enfant branché à toutes sortes d’équipements, mais Natacha reste stoïque. Elle savait que tout irait bien. «Ses pieds sont tout rose!» s’émerveille la maman. «Ils sont si beaux !» La teinte bleutée de la peau de Massimo avait disparu.

Le diagnostic, la chirurgie et la récupération de Massimo ont nécessité les talents de dizaines de professionnels de la santé et de vastes ressources technologiques et maté- rielles. Aujourd’hui, Massimo est en train de recouvrer sa santé. Mais tous, depuis les parents jusqu’au chirurgien en chef, s’entendent pour reconnaître que les donateurs forment une partie vitale de l’équipe. «Les dons sont extrêmement précieux et nous les apprécions à leur juste valeur», déclare le Dr Tchervenkov.

© 2017 La Fondation de
l’Hôpital de Montréal pour Enfants

Une réalisation d’iXmédia