Jacob Malouin, l’étoffe d’un héros

Le petit Jacob, 5 ans, n'a pas toujours été un admirateur de Spiderman. En fait, son admiration pour le super-héros ne s'est manifestée que quelques instants avant sa première intervention au cerveau, qui a duré près de 12 heures. Avant d'entrer en salle d’opération, ses médecins l'ont surnommé Spiderman, parce que, lui ont-ils expliqué, Jacob « était aussi fort, peut-être même plus, que le célèbre homme araignée ! ».

Depuis ce moment, Jacob s'intéresse grandement à ce super-héros. On peut même dire qu'il prend exemple sur son idole, puisque Jacob est, à sa manière, un véritable héros ! Depuis plus d'un an maintenant, Jacob se bat plus courageusement qu'il est possible d’imaginer. Sa bataille a débuté lors d’un scan tomodensitométrique, au Children, lequel a révélé une tumeur du tronc cérébral, le pire cauchemar, pour un parent. En quelques jours, Jacob était hospitalisé puis préparé pour une chirurgie au cerveau.

« Je n’arrivais pas à y croire, nous n'étions pas du tout préparés à cela », rappelle Véronique Boisvert, la mère de Jacob. Très peu de signes, en effet, laissaient présager cette fatalité. Jacob paraissait en parfaite santé. C'est sa tante qui a remarqué qu’un de ses yeux tremblait à l'occasion ; les parents ont alors alerté leur pédiatre, qui les a ensuite référés au Children.

L'intervention chirurgicale de Jacob a été pratiquée par le Dr Jean-Pierre Farmer, neurochirurgien et chirurgien en chef du Children, avec les docteurs Jeffrey Atkinson et Abdul Raham Sabbagh. Ils ont retiré avec succès la moitié de la tumeur bénigne sans causer de séquelle permanente, le principal risque d'une chirurgie aussi délicate. « Le Dr Farmer est remarquable, il est si précieux à nos yeux, et notre fils l’adore ! », ajoute Véronique. La guérison de Jacob a tout de même été très difficile. Il avait du mal à marcher et à s'adapter, et il est demeuré à l'Hôpital pendant une semaine et demie. Trois mois plus tard, l'équipe médicale pratiquait une deuxième intervention et réussissait à retirer la moitié de ce qui restait de la tumeur. Une fois encore, Jacob a eu la chance de guérir sans séquelle majeure.

Il ne reste qu'un quart de la tumeur originale et parce qu'elle est bénigne et que sa taille n'augmente pas, Jacob reste en santé. Il fait toutes les activités qu'un enfant de son âge pratique, comme jouer au hockey avec son papa, jouer à des jeux vidéo et être un admirateur assidu de Spiderman ! Il subsiste un risque de voir la tumeur grossir à nouveau et Jacob est donc suivi étroitement au Children, grâce à l'IRM, pour s'assurer que tout changement dans son état soit observé le plus tôt possible.

« Les infirmières et infirmiers de l'Hôpital aiment vraiment leur travail, ça se sent, explique Véronique, et malgré le côté terrible de ce que nous traversons, ils arrivent à nous rendre cela plus facile ». En signe de gratitude pour les soins reçus, et pour nous aider à amasser des fonds pour l'achat d’un IRM peropératoire, la famille de Jacob partage aujourd'hui son histoire. Les jeunes parents s'apprêtent aussi à organiser un tournoi de quilles (un sport que Jacob adore) dont les bénéfices iront bien sûr à l'achat de notre IRM peropératoire. « Nous voulons simplement aider d'autres familles comme la nôtre », affirme Véronique. Et de fait, grâce à de nombreux donateurs fidèles à la Fondation, plusieurs petits patients comme Jacob profitent d'équipements de pointe et des meilleurs soins qui soient pour faire face, avec leur famille, au défi souvent le plus difficile de leur vie.

© 2017 La Fondation de
l’Hôpital de Montréal pour Enfants

Une réalisation d’iXmédia