Blake se bat pour sa vie malgré sa naissance prématurée

À 25 semaines de grossesse, Cindy Lambert se voit prescrire un médicament pour traiter une hypertension inhabituelle. À 29 semaines, sa pression artérielle demeure dangereusement élevée et une échographie montre que son bébé pèse moins d’un kilo. Il ne reçoit apparemment pas tous les nutriments dont il a besoin parce que les vaisseaux sanguins de sa mère sont comprimés. C’est ce même problème qui cause l’hypertension de Cindy. Son médecin l'a prévient : si on ne pratique pas une césarienne dans les meilleurs délais, sa vie ou celle de son enfant est gravement menacée.

Blake naît à l’Hôpital général juif de Montréal le 22 février. Il pèse 910 grammes mais à la surprise générale, il parvient à respirer sans aide, ce qui est très inhabituel pour un bébé aussi petit. Cependant, comme c’est souvent le cas chez les petits prématurés, des problèmes surviennent. L’intestin grêle de Blake se met à enfler et on le transfert immédiatement à l’Unité des soins intensifs néonatals du Children, qui deviendra sa nouvelle maison pour les trois prochains mois.

Par miracle, l’intestin de Blake ne s’est pas perforé; il n’a donc pas eu besoin d’une chirurgie. Toutefois, en raison de son sous-développement, Blake ne pouvait digérer aucun aliment. On lui a diagnostiqué une entérocolite nécrosante (l’entérocolite nécrosante provoque un ballonnement abdominal et la présence de sang dans les selles). Pour épargner son intestin et malgré certains risques pour son foie et sa rate, on a dû le nourrir par voie intraveineuse. Pendant les trois mois qui suivirent, Blake fit une forte jaunisse et plusieurs infections, reçut un grand nombre de transfusions sanguines et dû même être opéré pour une double hernie causée par une trop forte pression dans son abdomen, combinée à la contraction de ses muscles à force de pleurer.

Ce qu’ont vécu Ron et Cindy avec leur petit Blake est arrivé si soudainement qu’ils ont à peine eu le temps de réaliser ce qui leur arrivait. Fort heureusement, ils connaissaient bien le Children pour y avoir été bénévoles en 2004 et 2005. Ils y passaient leurs vendredis soirs à jouer avec les enfants, à bercer les bébés et à discuter avec les ados. Lorsqu’ils repensent à cette expérience, ils considèrent avoir reçu beaucoup plus qu'ils n'ont donné. « Nous pensions sans cesse aux parents et à combien il doit être difficile de voir son bébé branché à toutes sortes de machines », se rappelle Cindy.

Même si Blake a vécu une souffrance physique et des malaises inimaginables, il a aussi souffert d’une peur immense en traversant cette épreuve. Une fois, au moment de passer une endoscopie digestive haute, Blake était si effrayé que sa mère a cru que son cœur allait s'arrêter de battre. Elle a jugé qu'il serait en danger si l'examen se poursuivait, jusqu’à ce le médecin de Blake, le Dr Robert Brouillette, arrive de façon inattendue et rassure à la fois la maman et le bébé; l’examen fut entièrement complété en la présence du Dr Brouillette. « Même très occupés, les membres du personnel du Children n’ont jamais paru pressés et ils ont toujours pris le temps d’être compatissants », se remémore Cindy.

Ron, le papa de Blake, a été lui aussi touché par la qualité des soins reçus au Children. Lorsque le bébé a reçu son congé, l’une des infirmières, qui habite par hasard à quelques rues de chez Ron et Cindy, a remis au père son numéro de téléphone, en disant que l’un et l’autre pourraient l’appeler en tout temps, même au milieu de la nuit, s’ils avaient besoin de quoi que ce soit. « Ils traitent Blake comme leur propre enfant », dit le papa.

Blake est aujourd’hui en voie de guérison. Sur les conseils de la nutritionniste du Children, il a commencé à boire du lait, qu’il peut maintenant digérer correctement. Il pèse déjà plus de trois kilos et continue de prendre les vingt grammes qui constituent son objectif quotidien. Il a quitté l’hôpital le 15 juin, mais il y vient encore pour des visites régulières. L’arrivée de Blake dans ce monde ne s’est pas faite sans heurts mais sa force et sa résistance, doublés des excellents soins qu’il a reçu, ont porté fruit. Désormais, le petit Blake peut espérer profiter de tous les petits et grands bonheurs de la vie.

© 2017 La Fondation de
l’Hôpital de Montréal pour Enfants

Une réalisation d’iXmédia