Une fraction de seconde qui lui a sauvé la vie

J’ai donné naissance naturellement à une petite fille en santé, Julia. Lorsqu’est venu le tour de son frère jumeau, le cordon ombilical est sorti avant lui. Les médecins ont dû procéder à la césarienne d’urgence. Mais le mal était fait : Justin avait manqué d’oxygène.

Les médecins s’affairaient autour de mon fils, qui était tout bleu, pour l’aider à respirer car ses poumons étaient remplis de sang. Mon médecin a alors mentionné que notre bébé répondait à tous les critères pour se faire « cooler ». Se faire quoi?

Le « cooling », a-t-elle répété, on baisse artificiellement la température du corps du bébé pour empêcher le sang d’affluer massivement vers son cerveau. C’est ainsi qu’on peut espérer éviter des dommages neurologiques irréparables. Il était vital que Justin soit admis au Children, là où cette procédure novatrice est utilisée, à l’intérieur de 6 heures pour se faire traiter. Chaque minute comptait.

J’ai compté les heures avant de pouvoir revoir mon fils. C’était quatre jours plus tard. Je vais toujours me rappeler du moment où je suis entrée dans l’unité de soins intensifs néonatals…

Je voyais les parents pleurer. Puis j’ai vu mon bébé, branché sur un respirateur et trois autres machines. Drogué au Fentanyl, un narcotique beaucoup plus fort que la morphine. Gavé par le nombril. Branché de partout : cathéters dans les mains, la bouche, le nez, les pieds, une sonde dans ses organes génitaux. Il était froid, réfrigéré à 33,5 degrés Celsius. Réfrigéré!

Chaque fois que je me remémore cette scène, je pleure. Et pourtant, c’est une belle histoire. Car, les suivis médicaux et l’IRM démontrent que Justin va bien. Et, en le comparant à sa sœur jumelle Julia, nous voyons qu’ils sont au même stade de développement. Nous sommes persuadés que c’est grâce à cette procédure.

Nous sommes reconnaissants d’avoir vu bénéficier de l’hypothermie thérapeutique. Cette expérience m’a convaincue de devenir donatrice car je comprends le rôle qu’on joue dans la qualité et l’innovation des soins qui sont offerts au Children.

Par vos dons, vous permettez à des professionnels d’être formés et à des chercheurs de développer leur expertise. C’est ce qui a sauvé Justin. Merci d’avoir été là pour notre famille. J’espère que vous continuerez de soutenir d’autres familles comme la nôtre.

Justine, maman de Justin

© 2018 La Fondation de
l’Hôpital de Montréal pour Enfants

Une réalisation d’iXmédia