Un hommage à la belle «Vieille Dame»

Par Catherine,

*Cet article du Dr Michael Shevell, a d’abord été publié sur le blogue de l’Association canadienne des centres de santé pédiatiques juste avant le déménagement.

« Les temps ont changé, les conditions de pratique se sont altérées et continuent de s’altérer rapidement, mais quand une célébration nous ramène à nos origines, aux jours plus simples, nous trouvons que les idéaux qui les ont inspirés sont toujours d’actualité. »

Sir William Osler, 1903 (Traduction libre)

Bonjour à tous,

Le dimanche 24 mai, le bâtiment du 2300 Tupper aka (du moins pour moi) « la Vieille Dame »  arrêtera d’être ce qu’elle a été pendant près de 100 ans – un hôpital. Un endroit de réconfort, de guérison, d’aide et une nourricière pour les personnes touchées par la maladie cherchant un soulagement. La première section construite en 1919 a été l’aile F du « Montreal Western Hospital »,. qui, par la suite, est devenue la Division Ouest de l’Hôpital général de Montréal. Le bâtiment sur Tupper a été ajouté au moment de la Grande Dépression en 1931, avec l’aile A, construite en 1954 pour en faire une résidence pour les infirmières. En 1956, l’Hôpital général de Montréal a ouvert ses portes sur la montagne avec une vue surplombant la ville, et en décembre de cette année-là, l’Hôpital de Montréal pour enfants a déménagé de l’avenue Cedar au bâtiment alors vide du 2300 Tupper.

Quand le Children a ouvert ses portes au 2300 Tupper en 1956, la pédiatrie était alors une jeune spécialité. La plupart des maladies nécessitant une hospitalisation étaient contagieuses et ont disparu avec la vaccination : la polio, la rougeole, les oreillons, la rubéole, la méningite bactérienne, la coqueluche, la diphtérie, le tétanos, etc. La chirurgie était rudimentaire sans pontage cardiaque ou IRM intraopératoire. Les décès infantiles étaient malheureusement chose courante (ma mère, native de Montréal et née d’une famille pauvre, a perdu trois frères et sœurs durant son enfance). Il n’y avait que très peu d’antibiotiques. Les cancers infantiles étaient synonymes de peine de mort pour ceux qui en étaient touchés. Mais malgré tout, la Vieille Dame, et plus important encore, les employés qui venaient y travailler étaient prêts à aider et à faire tout ce qu’ils pouvaient pour les enfants affligés par la maladie et leur famille. Sans discrimination. Ce n’était pas seulement un endroit de soins, c’était aussi un endroit d’apprentissage et d’éducation pour toutes les professions de la santé. C’était également un lieu de recherche de pointe qui comportait quelques avancées-clés dans le domaine de la santé des enfants.

Au fil du temps, la médecine est devenue plus robuste. Les maladies contagieuses ont largement été vaincues par la vaccination, les antibiotiques et les agents antiviraux, mais de nouveaux agents pathogènes ont émané. De nouvelles technologies ont été développées pour améliorer les diagnostics  et les interventions. Le support technique pour soutenir les organes défaillants s’est aussi développé permettant la récupération et la survie. Certains cancers ont été guéris avec succès. La néonatalogie faisait des miracles et des bébés prématurés qui auparavant auraient été laissés pour morts survivaient désormais. La neurologie est passée d’une discipline descriptive à une discipline interventionnelle. Cependant de nouvelles de maladies et de nouveaux défis ont émergé dans ce perpétuel tango que dansent la santé et la maladie.

À travers tout cela, la Vieille Dame a tenu bon. Elle a été mise à jour et adaptée autant que possible. De surcroît, une vibrante communauté organique dédiée à la santé des enfants s’est forgée entre ses murs sur près de six décennies. C’est une communauté que nous connaissons tous très bien. L’endroit est juste de la bonne taille pour que tout le monde connaisse à peu près tout le monde. C’était aussi le genre d’endroit, pour les raisons les plus intangibles, que les gens ne voulaient pas quitter. , Nous nous étions tous attachés à ce lieu, malgré ses limites et ses infirmités évidentes.

Mais dans un monde tel que le nôtre, ultimement le temps a dépassé la Vieille Dame et l’âge a fait ses ravages. La limite à sa capacité d’adaptation a été atteinte. Nous sommes maintenant dans la deuxième décennie du 21e siècle et nous ne sommes pas dans un hôpital du 21e siècle que les enfants et les familles que nous traitons méritent. Tout simplement, il est temps de partir pour quelque chose de beaucoup mieux pour nos patients.

Nous ne pouvons qu’imaginer les histoires que la Vieille Dame pourrait nous conter. De miracles. De pertes. De prières exaucées. De prières jamais entendues. De travail ardu. De dévouement. De découvertes. De joie. De chagrin. D’apprentissages. D’amour. D’espoir. Les récits qu’elle pourrait conter si elle pouvait parler.

En fait, si vous y pensez, ce sont NOS histoires. Peut-être que c’est pourquoi nous sommes tous attachés à ce lieu en dépit de ses défauts physiques.

Il est maintenant temps pour nous de dire au revoir. De finalement marcher au travers de ces portes grandes ouvertes devant nous, après près de deux décennies de planification. Pour accepter de nouveaux défis au nouveau Children au 1001 Décarie. Pour écrire de nouvelles histoires et de nouveaux chapitres à notre histoire. C’est le temps de quitter la Ville Dame. De la laisser aller dans la nuit.

Mais n’oublions pas les valeurs, les souvenirs et plus important encore, la communauté que nous avons au 2300 Tupper. Ce sont nos biens les plus précieux que nous ne pouvons pas simplement emballer et déménager. Alors que nous allonsinévitablement de l’avant comme il se doit, ne laissons pas ces précieuses icônes derrière au 2300 Tupper.

J’ai hâte de vous voir tout un chacun à notre nouvelle maison professionnelle. Et je dois humblement ajouter que c’est une expérience incroyable d’être l’un des leaders de cette communauté à ce stade-ci de son histoire. Je suis extrêmement fier de ce que nous avons accompli en tant qu’équipe.

Michael

Michael Shevell,

Comité de direction, département de pédiatrie

Professeur

Départements de pédiatrie, de neurologie et de neurochirurgie
Université McGill
Chaire Harvey Guyda en pédiatrie
Pédiatre en chef
Hôpital de Montréal pour enfants
Centre universitaire de santé McGill

Une réponse à Un hommage à la belle «Vieille Dame»

  1. Claire Maisonneuve dit :

    J’ai fait ma formation infirmière en partie au Children, en 1977. Ensuite, ce fut mon milieu de travail pour 11 ans…Mais aussi mon milieu social et familial! Les valeurs de l’institution, la complicité du personnel, la collaboration de tous toujours pour le bien-être des enfants, et leur famille sont ce que je retient le plus. Du commissionnaire qui apportait l’équipement manquant sur l’unité, au responsable de l’ascenseur, à l’employé de la cuisine au 8D qui nous servait les assiette pour chaque adolescent malade….tous le monde était apprécié, et partie prenante pour accompagner nos enfants malades. Je garde dans mon coeur que de beaux souvenirs de cet établissement de santé, de savoir, de partage pour un objectif commun; la santé des enfants.

Écrire un commentaire

(optionnel)

© 2018 La Fondation de
l’Hôpital de Montréal pour Enfants

Une réalisation d’iXmédia