Survivre aux meilleurs moments, comme aux pires à l’USIN

Par Graham Baxter,

Notre fille, Éloïse Baxter, est née le 30 juillet 2011. Quelques heures après sa naissance, elle a été transférée à l’USIN de L’Hôpital de Montréal pour enfants, à l’étage 9-C. Nous ne nous en doutions pas, mais au cours des 490 jours qui suivraient, le 9-C deviendrait « notre chez-nous ». Nous tenions à rédiger cette courte lettre de remerciements à tous ceux qui ont participé aux soins de notre fille.

Le 1er janvier 2013

Chers docteurs Perreault, Gosselin, Beaumier, Barbier, Santana, Wintermark, Daniels, DeBie, Ali, Mandel… et bien sûr, chères infirmières du 9-C,

Ma femme Geneviève et moi ne savions pas trop comment et par où commencer cette lettre. Comment traduire en mots ou par écrit ce qui ne pourra jamais, jamais, exprimer ce que nous ressentons : notre dette éternelle envers vous tous, les médecins, les infirmières et toute l’équipe de l’USIN (9-C) de L’Hôpital de Montréal pour enfants qui, pendant plus de 16 mois, avez non seulement sauvé la vie de notre fille à plusieurs reprises, mais nous avez également aidés à l’élever.

Notre expérience au 9-C a commencé et s’est terminée avec la docteure Thérèse Perreault (chef de la division), qui nous a rencontrés à notre arrivée, le 31 juillet 2011, et qui est devenue plus qu’un simple médecin pour nous et pour Éloïse. Nous n’aurions jamais imaginé à quel point elle contribuerait au traitement d’Éloïse tout en rassurant du mieux qu’elle le pouvait les parents inquiets que nous étions. Le docteur Richard Gosselin et le docteur Beaumier ont également participé aux soins de notre fille, le premier la soignant littéralement minute après minute pendant une journée très noire d’octobre dernier, tandis qu’Éloïse se battait pour revenir dans nos vies. Nous sommes également redevables aux docteurs Barbier et Daniels et à la foule d’autres médecins et spécialistes que nous avons également appris à connaître et en qui nous avons appris à faire confiance.

Nous avons toujours comparé le 9-C à l’enfer. Aucun parent ne devrait avoir à y vivre tout en regardant son enfant se battre tous les jours pour sa survie. Cependant, nous avons également toujours dit que si c’était l’enfer, il était ironiquement et heureusement peuplé d’une légion d’anges : les infirmières qui travaillent jour après jour pendant des quarts de 12 heures, du lever au coucher du soleil, et qui sont les personnes les plus compatissantes que nous ayons jamais rencontrées. Pendant les 16 mois que nous avons passés au 9-C, les infirmières et les médecins sont devenus partie intégrante de notre famille tandis qu’ils veillaient sur Éloïse pendant les périodes les plus difficiles (et les périodes amusantes aussi) et qui nous ont aidés à affronter notre expérience surréaliste d’une nouvelle vie dans un coin de quatre pieds carrés de l’USIN. Que ce soit pour leurs douces paroles qui nous rassuraient, l’aide à notre famille lors des nombreuses fêtes passées à l’hôpital, la célébration du premier anniversaire de notre fille, les encouragements pour la sortir dehors pour la première fois ou les larmes partagées avec nous pendant les périodes les plus dures, nous sommes à jamais reconnaissants.

Éloïse a obtenu son congé le 4 décembre 2012, environ 490 jours après son admission, et nous venons de passer notre premier Noël ensemble, à la maison. Les mots ne peuvent décrire comment nous nous sentons. Nous savons que des difficultés nous attendent, mais il nous est impossible d’imaginer survivre une période aussi longue à l’USIN sans l’appui de toute l’équipe du 9-C, un lieu et des gens que nous n’oublierons jamais.

Au nom d’Éloïse, de sa Granny et son Granda, de sa Mami-lou et son Papi-lou, de ses tantes et ses oncles, de ses grands et petits cousins, de tous ses amis et de toute sa famille à Montréal, Québec, Toronto et en Irlande du Nord, nous vous remercions.

Amicalement,

La mère et le père d’Éloïse (Geneviève Turcotte et Graham Baxter)

Une réponse à Survivre aux meilleurs moments, comme aux pires à l’USIN

  1. Annie Pellerin Mario Tetu dit :

    Allo Nous aussi en tant que parents , notre fils Raphael a eter operer en 2006 par le neurochirurgien Dc Farmer .Un tres bon medecin sans aublier les infirmieres en soins intensifs tout cela pour vous dire bonne chance et un gros calin a votre fille de la famille Tetu de Montmagny xxx

Répondre à Annie Pellerin Mario Tetu Annuler la réponse.

(optionnel)

© 2018 La Fondation de
l’Hôpital de Montréal pour Enfants

Une réalisation d’iXmédia