Pile : la tueuse inattendue

Par La Fondation,

En termes simples, nous devons la vie de notre fils John à l’équipe dévouée et passionnée de médecins et d’infirmières de l’Hôpital de Montréal pour enfants. Je vous invite à lire mon témoignage dans l’espoir qu’il aide d’autres familles à prendre les précautions nécessaires pour ne pas vivre une expérience stressante comme nous l’avons vécue.

Âgé d’à peine 11 mois, mon fils a été admis au Children après avoir avalé une pile au lithium d’une télécommande de télévision. Jusqu’à lors, j’ignorais les dangers que représentaient les piles au lithium. Avoir su, nous n’aurions jamais laissé la télécommande à sa portée. On retrouve ces piles dans tellement d’objets qui font partie du quotidien : télécommandes, montres, appareils auditifs, clés de voiture…

John s’est mis à tousser et il a vomi peu de temps après. J’ai trouvé la télécommande avec la pile manquante. Après avoir googlé « enfant qui avale une pile bouton », je me suis précipitée aux urgences du Children. On lui a fait passer une radiographie, puis on a immédiatement amené John au bloc opératoire pour lui retirer la pile. Après l’intervention, les médecins étaient très préoccupés par les dommages potentiels causés par la pile. Son œsophage était noirci à l’endroit où elle s’était logée. Le chirurgien avait retiré la pile et nettoyé la région du mieux qu’il le pouvait. On nous a dit que si on avait attendu avant de l’amener à l’hôpital, il serait probablement mort.  Quoi qu’il en soit, les médecins n’étaient pas certains qu’il réussisse à passer la nuit.

John a été transféré aux soins intensifs où on le surveillait étroitement. Le personnel craignait que l’acide continue de le brûler et cause une perforation de son œsophage, ce qui pourrait permettre à l’acide d’atteindre ses organes vitaux. Cette possibilité aurait pu être fatale. Ce fut la nuit la plus effrayante de notre vie.

Nous avons été tellement chanceux et reconnaissants que sa situation se soit améliorée. On lui a retiré l’appareil d’aide à la respiration et on a mis fin à son anesthésie. Nous avons finalement pu le prendre dans nos bras. John a ensuite été ramené dans une chambre de l’hôpital où il a été sous la surveillance des équipes de gastroentérologie, de chirurgie générale, de pédiatrie et de chirurgie cardiaque. Mais nous n’étions pas encore au bout de nos peines.

John est resté hospitalisé pendant quatre semaines au cours desquelles il a subi une tomodensitométrie, deux imageries par résonnance magnétique et de nombreux autres tests. Les médecins étaient préoccupés par les dommages potentiels causés par la pile, qui auraient pu créer un canal de communication entre l’aorte et l’œsophage, ce qui risquait de provoquer une hémorragie fatale. Ce fut une période très difficile pour notre famille, mais nous sommes extrêmement reconnaissants envers l’équipe des services éducatifs Child Life qui fait preuve d’énormément de compassion et d’encouragement au moment où nous en avions le plus besoin.

Depuis qu’il a reçu son congé de l’hôpital, John a eu deux interventions de suivi sous anesthésie générale afin de subir une endoscopie et une dilatation. La dilatation était nécessaire pour élargir la zone de l’œsophage qui avait été touchée et qui s’était épaissie.

Aujourd’hui, notre fils est complètement rétabli et il peut manger normalement. Je suis heureuse de dire qu’il a un très bon appétit. Le fromage et la crème glacée sont ses aliments préférés!

Cet événement a bouleversé notre vie et nous a fait réaliser l’importance du Children pour l’ensemble de la collectivité. Merci.

Alison – la mère de John, maintenant âgé de 2 ans.

Écrire un commentaire

(optionnel)

© 2018 La Fondation de
l’Hôpital de Montréal pour Enfants

Une réalisation d’iXmédia